Accueil CULTURE CINEMA PRIX L’OLIVIER D’OR FCNAFA : PROJECTION DU FILM EN (...)
CINEMA

PRIX L’OLIVIER D’OR FCNAFA : PROJECTION DU FILM EN COMPETION "AWHID" DE DJAMEL GUENIFF

19/10 11h46

TIZI-OUZOU- " Awhid" (l’unique), un long métrage de Djamel Gueniff, en compétition pour le prix l’Olivier d’or au festival culturel national annuel du film amazigh (FCNAFA), a été projeté dimanche à la maison de la culture de Tizi-Ouzou en présence du réalisateur et des principaux acteurs.

D’une durée de 1h57mn, ce film qui mêle fiction et réalité puisque les faits sont tissés autour des tragiques inondations de Bab El Oued (Alger, novembre 2001), raconte l’histoire d’un jeune, Assalas, qui a perdu ses parents dans ces inondations, et qui sera enlevé à sa grand mère, Nna Aldjia, par une tante sans enfant qui fera appel à la ruse et à la complicité d’un employé municipal pour l’inscrire comme étant son propre fils et lui changer de nom.

Commence alors un travail de recherche de longue haleine qui n’aboutira que 14 ans plus tard pour retrouver, par la force du destin ou du hasard, Assalas l’enfant volé, celui-ci devenu jeune homme s’étant amouraché de Tiziri, sa cousine qui lui a été promise dès sa naissance, selon une ancienne tradition kabyle.

Le film de Djamel Gueniff, dont la musique originale est signée Belaid Abranis, un grand nom de la chanson kabyle, et présenté devant un public nombreux, a accordé une attention particulière aux dialogues qui sont truffés de proverbes et maximes kabyles. Un choix volontaire, selon le réalisateur qui a estimé que "Tamazight c’est d’abord la parole", en réponse à une remarque de spectateurs, durant le débat ayant suivi la projection, qui ont estimé que certains dialogues auraient pu être remplacés par l’image. Celle-ci s’étant retrouvée dominée par la parole "comme s’il fallait tout expliquer à celui qui regarde le film", a-t-on relevé.

Des erreurs dans le sous titrage du film en français ont également été relevées, que ce soit au niveau de la langue elle-même ou dans sa synchronisation avec l’image, par l’assistance qui, au-delà de l’histoire jugée émouvante par certains, a trouvé cette production "trop longue".

Le choix de mettre en avant une famille traditionnelle attachée à certains conservatismes de la société kabyle, encore d’usage faut-il le rappeler, notamment de ceux concernant la relation amoureuse entre un homme et une femme, mais qui s’ouvre peu à peu sur la modernité, répond à la volonté du réalisateur "d’amener les gens à changer de mentalité sur certains conservatismes négatifs", a souligné Djamel Gueniff.

  • version imprimable de l'article
  • envoyer l'article par mail
INFOS LOCALES
  • MEDEA : OPERATION DE NETTOYAGE A TRAVERS UNE TRENTAINE DE COMMUNES ...Lire la suite
  • TIZI OUZOU : LA VENTE DU MOUTON DE L’AÏD FIXEE DANS 21 MARCHES HEBDOMADAIRES...Lire la suite
  • Tizi-Ouzou : un incendie ravage une unité de transformation de plastique à Fréha, pas de victimes ...Lire la suite
  • BOUIRA : L’AUTEUR DU QUADRUPLE CRIME DE TAGHZOUT DEVANT LA JUSTICE...Lire la suite
  • UN PREMIER LOT DE DIX BUS DE TRANSPORT SCOLAIRE POUR MEDEA ...Lire la suite
VIDEO