Accueil CULTURE PATRIMOINE "YENNAYER" UNE TRADITION BIEN ANCREE CHEZ LES (...)
PATRIMOINE

"YENNAYER" UNE TRADITION BIEN ANCREE CHEZ LES MEDEENS

11/01 12h13

MEDEA- La célébration de Yennayer est une tradition bien ancrée dans les us et coutumes des Médéens qui ont pris l’habitude d’accueillir l’avènement du nouvel an amazigh dans une ambiance de joie et de partage.

"El-Aàm" ou "El-Djrez" sont, entre autres, les appellations par lesquelles les Médéens désignent le nouvel an amazigh, un moment très attendu par les familles qui le préfèrent d’ailleurs à des fêtes de fin d’année, associées à une autre culture, étrangère à la leur.

Fête populaire par excellence, Yennayer continue de faire de "l’ombre" aux fêtes de fin d’année, dont la célébration y passe presque inaperçue, en raison de l’attachement de la population à une culture unissant les Algériens.

Le slogan choisi cette année pour la célébration du nouvel an amazigh : "Yennayer, héritage commun de tous les Algériens" traduit fort bien ce sentiment d’appartenance à une culture ancestrale commune qui se manifeste à travers différentes formes de célébration, à Médéa ou ailleurs.

Pour marquer le passage à l’An 2967 du calendrier amazigh, une série de manifestations socio-culturelles a été programmée par la direction de la Culture, en collaboration avec le Haut commissariat à l’Amazighité, le Musée des arts et des traditions populaires et la Chambre de l’artisanat et des métiers.

En sus des traditionnelles expositions consacrées aux mets et plats culinaires préparés pour la célébration de "EL-Aam", organisées du 11 au 15 janvier courant à la maison de la Culture Hassan-el-Hassani, le programme des festivités comprend également des parades, des spectacles et des chants folkloriques animés par des troupes venues de différentes régions du pays.

Parmi les troupes annoncées, figurent Iwaghnousen ( Batna ), Izelawen (Ghardaia), Ahaggar (Tamanrasset), Aissaoua (Médéa) et Es-Saada (Alger), dont les prestations vont donner une touche assez particulière à l’évènement et apporter un peu de chaleur, en ces moments de grand froid que connait la région de Médéa.

"El-Aam" est vécu, aussi bien à Médéa qu’à travers les autres communes, comme un grand moment de communion et de solidarité entre familles, mais également avec les plus démunis qui ont droit, eux aussi, à une part des plats et des mets confectionnés à l’occasion de cette fête populaire.

La célébration prend des aires de rite "mystique", notamment au sein de certaines confréries religieuses où des veillées incantatoires et de chants religieux sont organisées au niveau des zaouias et des mausolées, comme le faisaient, autrefois, leurs aïeuls, au début de la saison agricole, priant pour que les prochaines récoltes agricoles soient bonnes et abondantes.

En milieu citadin, "El-Aâm" ou encore "Djrez", se distingue par ses aspects culinaires, symbolisés par des plats traditionnels à base de viande, de poulet et de pâtes faites maison, dont la préparation varie d’une région à une autre.

Les plus prisées restent, sans conteste, le couscous et la chakhchoukha.

Des plats accompagnés, d´habitude, de gâteaux traditionnels, dont les "maâreks" (crêpes à base de semoule), ou encore "rfiss", mélange de galettes de pain, de semoule et de dattes, qui sont servis accompagnés de café et/ou de thé à la menthe durant toute la durée de la fête.

  • version imprimable de l'article
  • envoyer l'article par mail
INFOS LOCALES
  • MEDEA : OPERATION DE NETTOYAGE A TRAVERS UNE TRENTAINE DE COMMUNES ...Lire la suite
  • TIZI OUZOU : LA VENTE DU MOUTON DE L’AÏD FIXEE DANS 21 MARCHES HEBDOMADAIRES...Lire la suite
  • Tizi-Ouzou : un incendie ravage une unité de transformation de plastique à Fréha, pas de victimes ...Lire la suite
  • BOUIRA : L’AUTEUR DU QUADRUPLE CRIME DE TAGHZOUT DEVANT LA JUSTICE...Lire la suite
  • UN PREMIER LOT DE DIX BUS DE TRANSPORT SCOLAIRE POUR MEDEA ...Lire la suite
VIDEO